Tagalog, Visayan et Vietnamois

Aujourd’hui, quelques pensées sur les langues et la communication au Philippines et au Vietnam.

Au Philippines, il y a deux langues officielles : Tagalog et Anglais. Alors, la plupart du monde parle un peu d’Anglais et certains le parle très bien, bien que personne ne le parle comme première langue. Au Manila on parle Tagalog, cependant dans la région des Visyas (presque un tier du pays entière où nous avons passé la plupart de notre visite) on parle une langue locale: ‘Visayan’.

Tagalog et Visayan ont été influencé par les Espagnols, qui ont occupé les Philippines pendant longtemps. Je crois que j’ai entendu quelque mots en espagnol: le plus commun était ‘pero’, toujours utilisé pour le mot ‘mais’. Apparemment, 30% des mots sont d’origine espagnole mais je n’ai pas pu reconnaître beaucoup !

Un fait surprenent, c’est qu’en général les plus âgés parlent meiux anglais que les jeunes. La raison: autrefois c’était la langue scolaire. J’adore apprendre les langues mais je ne comprends pas la fidélité nationale qui mène les gens à poursuivre une approche qui rend la communication entre les Isles plus difficile.

Néanmoins, c’était facile à communiquer en Anglais: les locaux le parle clairement. Plus, nous avons constaté des entreprises géré par les Français et les Allemands, donc si vous ne parlez pas Anglais, vous pourraiez les chercher!

De l’autre côté, la plupart des Vietnamiens parlent anglais comme une vache espagnol ! C’est difficile à comprendre, même pour un anglais, et j’ai regardé plusieurs conversations entre les Européens (qui parle bien, mais pas courement, anglais) et Vietnamois dans lesquelles le plus ils se parlent, le plus la confusion augment!

Ceux qui connaissent bien anglais le parle souvent très rapidement, sans pause entre les phrases et avec un ton qui révèle la difficulté de leur propre langue. Nous n’avons pas appris beaucoup mais le mot ‘pho’ avec accents variés se prononce vraiment différemment et veut dire soit soupe aux pâtes, soit rue.

Certains d’entre notre guides ont adopté un ton vraiment sévère: un a crié “GET OUT” chaque fois que le bus est arrivé au destination, et il me paraît qu’on est assez direct. Cependant, nous avons trouvé les gens généralement amicale ainsi que serviable, et jusqu’au maintenant, nous aimons bien le Vietnam.

One Month In

I suspect that most people experience the paradox I feel when writing this title: time passes simultaneously quickly and slowly. On one hand, it feels like the first month has gone in a shot, but when I think back through all we’ve seen and done, it feels like a long time.

If you’ve been following my photo of the day, in which I’ve showcased the great places we’ve been, you will probably be surprised to hear that there have been several occasions when I’ve contemplated cutting short the trip or taking a break already.  It has been a surprisingly emotional month for me and my mood has been up and down more than ever before.

A combination of things may have caused this: A feeling of aimlessness and wanting to do something useful / challenging with my time, in part caused by the fact that the job I left was very easy so I don’t feel like I need a break. It can be hard to find ‘freedom’ as a tourist in south East Asia: most activities are organised tours. The punishing tropical heat doesn’t help. A reason very thematic to this blog: I enjoy a country more when I can have a conversation with local people – my western European languages are of scant use here. I’ve been a little lonely at times: my lovely wife Alice is great, but I miss having other people in my life.

I’ve traveled for longer than a month before, but it’s surprising how the open-ended nature of this trip has affected my feelings. Have I (rather cheesily for a RTW trip) learned anything about myself? I like being busy and challenged, people and talking. I dislike organised fun and excessive heat. I’m sure I knew these things already, but the last month has emphasised/reminded me.

Happily, things are looking up. Alice’s theory is that we were never particular wanted to go to the Philippines before we planned the trip, so that’s why we didn’t enjoy it as much. It’s definitely true that we are happier in Vietnam: there are more things we want to see and do, which is keeping us busier. It has been much easier to meet fellow travellers here (we’ve probably just got better at approaching strangers!) so I’ve finally got some language practice in.

We had originally planned a month in Indonesia: after initially considering scrapping that entirely, we came to a compromise and booked a flight to Australia (aka “the cold zone”) for mid-September. Some mountains which we can climb independently feature in the itinerary to that point.

So the ‘solution’ has been to change the approach to do more of what I like and less of what I dislike. Sensible, perhaps, but I’m mindful of a suggestion from a friend: take the opportunity to discover a slower pace of life, perhaps try a meditation course. In some of my more uncompromising moments, I chastise people for not liking certain foods. Maybe I need to take my own advice and realise that trying a different pace of life is something not to miss out on. We’ll see…

Oh yer… A great IPA brewed locally helps too 🙂

Las Filipinas

No habíamos planeado pasar tiempo en las Filipinas. Pero el vuelo más barato de Europa (<200€) llegó en Manila. Otra feliz coincidencia estaba que descubrimos que Ligaya, una amiga mía de Highgate, iba a visitar en mismo tiempo para una reunión familiar.

Así que tuvimos la oportunidad de viajar juntos durante unos días. Ligaya nos condujo hasta Moalboal, donde hicimos snorkel estupendo: nadamos con tortugas y bancos de sardinas grandísimos. También, Ligaya nos enseñó sobre la comida típica como ‘asado’ y ‘sissig’.

Después, pasamos unos días en el super-relajante Water to Forest Ecolodge, dónde encontramos de nueva con Ligaya y su familia, y después, fuimos a Coron, una isla con vistas magníficas así:

Allí, nos quedamos con una familia local que estaban muy amigable. Nos dieron la bienvenida excelente, invitándonos a desayunar con ellos. ¿Pues, todo bien? Supongo que sí, pero de alguna manera, me siento que no quisiera especialmente volver a las Filipinas. ¿Porque no?

Mas importante para mí es probablemente que mucho de la acomodación de nuestro presupuesto (€30/noche) no está muy cómodo: el aire acondicionado estaba siempre si ruidoso que no quisimos usarlo y a menudo no había mucha agua, por no hablar de agua caliente, en las duchas. La comida estaba rica, pero estaba difícil encontrar platos con muchos vegetales y sin demasiado graso y no hay mucha variedad: siempre arroz.

Finalmente: Es difícil saber después de 2 semanas, pero me suena que hay bastante desigualdad allí. Los salarios de la mayoría parte de la gente están muy bajos comparado con los precios: salario mínimum: 300pesos (6€) por día, diez plántanos nos costaban 100 pesos (¡es probable que pagamos más como extranjeros!). Es bastante común tener ‘dh’ – ayuda doméstica y cuando nos quedábamos con la familia local, no me gustaba que había alguien para hacer todas las cosas que nos acostumbramos hacer. Quizá no debería sorprenderme, pero he visitado otros países menos desarrollados y aparte de India, no lo he nunca constatado tanto.

Vamos ahora 7 días viajando en Vietnam y aquí, ningún de estos problemas son evidentes. No entiendo que los dos países tienen mas o menos lo mismo PIB y PPP. ¿Podéis explicármelo?

Ungeplant geplant

Vor Anfang unsere Reise, habe ich oft gesagt, dass ich einen Urlaub ohne Plans machen wollte. Ich erinnere mich gern an sieben Wochen in Südamerika, als ich keinen Plänen zwischen Sao Paulo y Lima hatte. Die Freiheit hat mir sehr gut gefallen und daher, hatte ich viel Lust, noch Mal in diese Situation zu sein.

Jetzt haben wir 12 Monaten frei, wir haben die perfekte Gelegenheit, so zu reisen, oder? Bis jetzt, scheint es nicht. Es ist wohl mein Schuld, dass wir so viele Pläne gemacht haben. Warum mache ich genau das Gegenteil zu was ich ‘will’?

Zu viele Jahre mit zweiwöchig Urlaube und der Wunsch, die Zeit völlig zu nutzen? Eine einfache Erklärung, aber wir haben bisher wirklich langsam gereist (lange Zeit in jede Lage geblieben), nicht was wir machen normalerweise.

Wir werden lange Zeit reisen, also brachen wir Geld sparen. Eine Konsequenz: ich will die wenigsten für Flüge aufgeben. Wir verpassen gerade die ersten zwei Monaten in Sudostasien, wo wir viele Flüge zwischen Ilsen nehmen und deshalb, will ich ‘früh’ reservieren. Eigentlich, kostet es oft hier das selbe ein Tag vor dem Flug.

Als ich diese Flüge reserviert habe, wissen wir, dass wir nur zwei Wochen in Vietnam und eine Woche in Malaysia usw. haben werden und das lasst nicht viele Zeit, Pläne in letzter Minute zu machen. Zum Beispiel, hatten wir keine Tour von Halong Bay geplant und als wir in Hanoi angekommen sind, alle waren ausgebucht. Wenn wir lange in Vietnam gehabt hatte, hätte es kein Problem gewesen, aber mit nur zwei Woche…

Zuletzt, haben wir während die erste zwei Wochen nicht viel getan: es war gut, weil wir entspannen wollten, aber es gab viel zeit, Plane zu machen. Ich hatte auch viele Freizeit in Südamerika. Der Unterschied: vor 6 Jahren hatte ich kein Smartphone.

Jetzt sind wir in Flughafen Manila. Wir warten auf unserem Flug nach Hanoi und es gibt kein WiFi. Ab sofort werde ich versuchen, mein Handy für Recherche nicht nutzen. Glücklicherweise, werden wir sieben Wochen in Australien bleiben, ohne Flüge und ungeplant 🙂

Water to Forest Ecolodge

Nous sommes arrivés à Bohol par le ‘fast ferry’ de Oceanjet, que nous avons pris de Cebu Pier 1 (400 pesos – moins chère pour s’assoir à l’extérieur, qui me surprise un peu car l’air fraîche nous plaît bien).

Jean-Michel (notre hôte français) m’avait envoyé un email le matin pour demander si nous voudrions un transfert et nous avons y décidé. Alors, nous étions accueillis par un conducteur au port et conduit directement vers Water to Forest.

Le conducteur était amical et il a parlé bien anglais, mais en me demandent mon salaire, il m’a rappelé de plusieurs mauvaises expériences en Inde, lorsque les gens ont fait le maximum pour soutirer autant d’argent que possible. Cette expérience m’a mené même à perdre un peu de foi en ma ‘raison de voyager’ et j’ai même considéré la possibilité d’écourter notre voyage. Heureusement, cet épisode a passé après quelques jours chez J-M et Jacqui !

L’Isle de Bohol nous semble généralement très calme, surtout en comparaison avec Cebu. Néanmoins, j’appellerais Water to Forest un vrai havre de paix, où on peut se détendre complètement. Et c’est ça que nous avons fait pendant notre premier jour. Le plus actif que nous avons pu faire, c’est à nager dans la rivière : sûrement impossible à éviter avec une tel vue :

Le soir, deux filles hollandaises nous ont convaincu de louer une mobylette pour aller voir les sites touristiques de Bohol. Donc, le lendemain nous sommes partis roulant, direction ‘Chocolate Hills’. Je n’avais jamais conduit une mobylette : la chose la plus perturbant c’était qu’il faut se pencher pendant les virages, même en ascendant une colline : J’ai l’habitude de se pencher à vélo, mais seulement lorsqu’on a plus de vitesse, en descendant.

La liberté de pouvoir aller et arrêter n’import ou, c’était super et je me suis vraiment amusé ce jour-là. Nous avons vu les ‘collines de chocolat’ (qui ont la couleur du chocolat pendant la saison sèche) et les tarsiers (les primates les plus petits du monde), mais également cela nous a plait beaucoup de voir le paysage entre les deux.

Notre troisième jour, nous sommes rentrés au tempo du première. Beaucoup de temps dans un hamac, lecture et un peu de natation. Excitation du jour, c’était lorsque J-M nous a montré un arbre, duquel on peut sauter dans la rivière : très rigolo, mais je n’ai pas arrivé à faire un saut périlleux.

Est-ce que je n’ai pas encore mentionné la nourriture ?! Une fusion de goutes Européen avec les plats traditionnels du Philippines : le pesto, fait avec le basilic du jardin, était superbe avec les pates parfaitement cuites et nous avons bien aimé les ‘adobo flakes’ (plat traditionnel avec un brin d’originalité). La meilleure pour moi, c’était les lumpia (rouleau de printemps) et turon (rouleau de banane !) – delicieux.

Dans l’ensemble, c’était quatre jours inoubliables et nous rentrerions sans doute si jamais nous revenons a Bohol.

 

Fany de Turda a Cluj

He decidido de escribir una serie de artículos sobre los idiomas del países que visitamos. Hoy… Lo que aprendí sobre rumano.

El nombre de Cluj-Napoca y el sonido del idioma de Rumania me recuerde del italiano, con un poco de ruso. El idioma escrito es también sorprendentemente familiar. A menudo, leí algo en Románica y quiso pronunciarlo con acento italiano o español.

Lamentablemente, llevé solamente dos meses aprendiendo italiano, hace más que diez años. Sin embargo, la memoria vaga quiere decir que intento hablarlo cuando necesito en Italia. No funciona bien allí. ¡Tanto peor en Romania!

Otra cosa: los nombres de lugares y empresas me suenan a la influencia de Rusia. Así que puedes tomar un autobús “Fany” entre las ciudades de Turda y Cluj.

En general, rumano es bastante fácil a leer para alguien que habla unos idiomas de Europa, pero no es si fácil hablar.

Vocabulario útil: Multumesc = Thank you.